Nous pouvons stopper l'utilisation de pièces jointes au format Word

Par Richard M. Stallman, Jan 2002 (Traduction Stéphane Schildknecht)

Le texte original peut être trouvé ici :http://www.fsf.org/philosophy/no-word-attachments.html


Ne détestez-vous pas recevoir des documents Word dans vos mels ? Les pièces jointes au format Word sont ennuyeuses, mais pis que cela, elles empêchent les gens de se tourner vers les logiciels libres. Il nous serait possible de stopper cette pratique en faisant un petit effort collectif. Il suffirait que nous demandions à chaque personne qui nous a envoyé un document Word de reconsidérer cette façon de procéder.

La plupart des utilisateurs d'ordinateurs utilisent Microsoft Word. Malheureusement pour eux. En effet, Word est un logiciel propriétaire, privant de ce fait ses utilisateurs de la liberté de l'étudier, le modifier, le copier ou le redistribuer. Et parce que Microsoft change le format des fichiers Word à chaque révision, ces utilisateurs sont enfermés dans un système qui les oblige à acheter chaque mise-à-jour, qu'ils veulent un changement ou non. Il se peut même que d'ici quelques années ils ne puissent plus lire les fichiers écrits cette année avec la version actuelle.

Mais cela nous dérange, nous aussi, quand ils estiment que nous utilisons Word et qu'il nous envoient (ou demandent que nous leur envoyions) des documents au format Word. Moultes personnes publient ou postent des documents au format Word. Diverses organisations n'accepterons que des documents au format Word : une de mes connaissances a été incapable de postuler à un job parce que son CV devait absolument être au format Word. Même les gouvernements imposent parfois le format Word au public, ce qui est absolument outrageant.

Pour nous, utilisateurs de systèmes d'exploitation libres, la reception de documents au format Word est pénible. Mais l'impact de l'envoi de documents au format Word est pis encore sur les utilisateurs tentés de se tourner vers les logiciels libres : ils hésiteront parce qu'ils sont persuadés qu'il leur faut absolument posséder Word pour pouvoir lire les documents au format Word qu'ils reçoivent. L'utilisation du format secret Word pour les échanges gène la croissance de notre communauté et la diffusion des libertés. Tandis que nous sommes conscients de l'ennui occasionnel de recevoir un document au format Word, nous ne prêtons habituellement pas attention au mal régulier et persistant qui est fait à notre communauté. Mais cela se produit tout le temps.

La plupart des utilisateurs de GNU qui reçoivent des documents au format Word tentent de trouver un moyen de les traiter. Vous pouvez essayer de récupérer le texte ASCII quelque peu confus par l'écrémage du fichier. Des logiciels libres permettent aujourd'hui de lire certains documents au format Word, mais pas tous – le format est secret et n'a toujours pas été entièrement décrypté. Pis encore, Microsoft peut le changer à tout moment. Dans le futur, ils pourraient utiliser Palladium dans une nouvelle version de Word de façon à interdire complètement les logiciels libres d'accéder à ces fichiers.

Si vous pensez que la réception d'un tel document est un cas isolé, il est naturel d'essayer de le gérer par vos propres moyens. Mais s'il apparaît que cet envoi s'inscrit dans une pratique pernicieuse et systématique, vous devrez employer une approche différente. Essayer de lire ces fichiers correspond à traiter le synptome d'une maladie chronique. Pour guérir cette maladie, nous devons convaincre les gens de ne pas envoyer ou poster de documents au format Word.

Depuis environ un an, j'ai fait mien l'usage de répondre aux mails accompagnés d'un document au format Word par un petit message poli expliquant pourquoi la pratique de l'envoi de fichiers au format Word est une mauvaise chose, et demandant à la personne l'ayant envoyé de me le retourner dans un format non-secret. C'est un travail beaucoup moins éprouvant que d'essayer de lire le texte ASCII quelque peu confus qu'il contient. Et il se trouve que dans la plupart des cas, les gens comprennent ma demande et beaucoup disent qu'ils n'enverront plus de fichiers au format Word à l'avenir.

Si nous agissons tous ainsi, l'effet sera plus grand. Les gens qui ignorent une demande polie peuvent changer leur pratique s'ils reçoivent de multiples demandes polies émanant de gens différents. Nous devrions pouvoir associer la formule « N'envoyez pas de fichiers au format Word » à la Netiquette, si nous rendons systématique cette pratique avec quiconque nous envoie un document au format Word.

Pour rendre cet effort efficace, vous serez peut-être tenté d'écrire une réponse formattée que vous pourrez rapidement envoyer à chaque fois que cela s'avère nécessaire. J'ai inclus deux exemples : la version que j'ai utilisée récemment, suivie d'une nouvelle version qui explique à un utilisateur de Word comment convertir son fichier dans différents formats utilisables.

Vous pouvez utiliser ces exemples tels quels, les personnaliser ou en écrire d'autres. De toutes les façons, élaborez une réponse qui correspondent à vos idées et à votre personnalité – si les réponses sont personnelles et non toutes identiques, la campagne sera plus efficace.

Ces réponses sont destinés aux gens qui envoient des fichiers au format Word. Si vous rencontrez un organisme qui impose l'utilisation du format Word, il s'agira de trouver une autre forme de réponse : vous pourrez à ce moment-là soulever le problème de l'équitabilité envers tous les utilisateurs.

Certains recruteurs demandent des CV au format Word. De façon surprenante, certains agissent ainsi même s'il s'agit de recruter quelqu'un pour un poste dans le logiciel libre. (Quiconque travaille avec ces recruteurs pour un poste dans le logiciel libre rique fort de ne trouver personne de compétent.) Pour aider les mentalités à changer, vous pouvez placer un lien sur cette page dans votre CV, à côté de liens vers d'autres formats de celui-ci. Quiconque recherche une version Word de votre CV peut potentiellement lire cette page.

C'est par notre nombre, par une demande simple, que nous pouvons faire la différence.



Vous avez envoyé la pièce-jointe au format Microsoft Word, un format propriétaire secret, de ce fait, je ne peux pas le lire. Si vous m'envoyiez le fichier au format texte, HTML ou PDF, je pourrais le lire.

Envoyez des documents au format Word est une mauvaise chose. En effet cela oblige les gens à utiliser des logiciels Micorosoft. En fait, vous êtes devenu une brique du monopole de Microsoft. Ce problème est un obstacle majeur à une adoption plus large de GNU/Linux. Pourriez-vous, s'il vous plait, reconsidérer l'utilisation du format Word lors de vos échanges ?

Vous avez envoyé la pièce-jointe au format Microsoft Word, un format propriétaire secret, de ce fait, je ne peux pas le lire. Si vous m'envoyiez le fichier au format texte, HTML ou PDF, je pourrais le lire.

La distribution de documents au format Word est une mauvaise chose, pour vous et pour les autres. Vous ne serez jamais certain de ce que voient vos interlocuteurs, surtout s'ils utilisent une version de Word différente de la vôtre. Il se peut même que cela ne marche pas du tout.

La réception de fichiers au format Word est mauvaise pour vous, car il peuvent contenir des virus (cf.http://www.symantec.com/avcenter/venc/data/accro.html). L'envoi de documents au format Word est mauvaise pour vous, car un document Word contient habituellement des informations cachées concernant l'auteur, permettant aux initiés de s'immiscer dans les activités de l'auteur (peut-être les vôtres). Du texte que vous pensiez avoir supprimé peut être, de façon embarrassante, toujours présent dans le document. Voir http://www.microsystems.com/Shares_Well.htm pour plus d'informations.

Mais par dessus tout, l'envoi de documents au format Word les poussent à utiliser des logiciels Microsoft et les empêchent d'en choisir d'autres. Dans les faits, vous devenez une brique du monopole de Microsoft. Cette pression est l'un des obstacles majeurs à une plus grande adoption des logiciels libres. Pourriez-vous, s'il vous plaît, reconsidérer l'utilisation du format Word lors de vos échanges ?

Convertir un fichier au format HTML avec Word est aisé. Ouvrez le document, cliquer sur Fichier, puis Sauver sous..., et dans le menu déroulant Type de fichier, sélectionnez Document HTML ou Page Web. Vous pourrez alors joindre le document au format HTML à la place du format Word. Il est à noter que Word change d'une installation à l'autre – si vous remarquez des noms de menu légèrement différents, essayez-les.

Convertir au format texte relève sensiblement de la même procédure – à la place de Document HTML, choisir Texte seul ou Document Texte comme format de sauvegarde sous le menu Type de fichier.

Votre ordinateur possède peut-être un programme pour convertir au format PDF. Dans ce cas, sélectionnez Fichier,Imprimer. Dans le menu de sélection des imprimantes, choisissez le convertisseur PDF. Cliquez sur le bouton Imprimeret entrez un nom pour le fichier au format PDF.

Voici une autre approche suggérée par Bob Chassell. Vous devrez éditer et modifier le texte en fonction de votre cas, et pour cela vous devrez extraire le document joint pour connaître sa taille.

Je suis surpris. Pourquoi m'avoir envoyé 876 377 octets dans votre dernier message alors que son contenu n'est que de 27 133 octets ?

Vous m'avez envoyé cinq fichiers dans un format .doc non-standard et expansif, secret de Microsoft, plutôt que dans un format international, public et beaucoup plus efficace, le format Texte.

Microsoft peut (et l'a d'ailleurs fait récemment au Kenya et au Brésil) avoir recours à la police locale pour faire appliquer les lois interdisant aux étudiants d'étudier le code, aux entrepreneurs de créer de nouvelles companies et aux professionnels d'offrir leurs services. Par pitié, ne leur accorder pas votre soutien.

John D. Ramsdell suggère aux gens de décourager l'utilisation de pièces jointes aux formats Microsoft Word et PowerPoint par l'utilisation d'une simple phrase dans le fichier .signature.

Veuillez éviter de me faire parvenir des fichiers attachés aux formats Word ou PowerPoint.
Voirhttp://www.fsf.org/philosophy/no-word-attachments.html



Copyright ©2002 Richard M. Stallman

Stéphane A. Schildknecht pour la traduction

Verbatim copying and distribution of this entire article is permitted without royalty in any medium, provided the copyright notice and this notice is preserved.

La copie sans modification et la distribution de l'intégralité de cet article est permise sans royalty sur n'importe quel support, sous réserve que le copyright et cette note soit préservés.